Hier, nous avons voté à la majorité le budget de la France pour l’année 2015. Un budget, qui, comme nous nous y étions engagés dès 2012, permet de diminuer la dépense publique, tout en diminuant les impôts et en relançant la compétitivité de notre pays.

En détail, à quoi correspond ce budget :

Sur l’emploi et la compétitivité :

 Montée en charge du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE) : Le coût du travail va baisser de 5,5 milliards € pour l’année 2015.

 Mise en place des allègements de charges sur les salaires compris entre 1 et 1,6 SMIC pour 5,5 milliards €.

 Diminution d’1 milliard € de la C3S (Contribution sociale de solidarité des sociétés).

Au total, l’effort de la nation pour la compétitivité de ses entreprises s’élèvera à 12 milliards € pour l’année 2015. Ce sont autant de marges pour que les entreprises puissent embaucher, former leurs salariés ou moderniser leur outil de production.

Sur l’emploi des jeunes :

 Financement de près de 450 000 contrats aidés : garantie jeune, contrats de génération, contrats uniques d’insertion-contrats initiative emploi (CUI-CIE), emplois d’avenir…

Sur l’impôt :

 Suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu : les Français ne paieront plus d’impôt en dessous de 9690 € de revenus annuels.

 Doublement de la décote : c’est-à-dire une réduction de l’impôt payé par les plus modestes.

 Revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu au rythme de l’inflation (0.5%) : Aucun français ne verra plus son impôt augmenter si ses revenus ont stagné d’une année sur l’autre.

Grâce à cela, ce sont au total près de 9 millions de foyers fiscaux qui verront leur impôt baisser en 2014 par rapport à 2013.

Sur la réduction des dépenses :

  Réduction du train de vie de l’Etat : Conformément aux engagements du Gouvernement, 19 des 50 Mds € d’économies prévues d’ici 2017 reposeront sur l’Etat et 7,7 Mds € seront économisés dès 2015. Pour autant, les chantiers prioritaires de notre action voient leurs moyens préservés.

 Création d’emplois dans les secteurs prioritaires (justice, sécurité, logement) avec des budgets en progression

 Le budget de l’Education nationale redevient le premier poste de dépense de la Nation devant le remboursement de la dette.

 Le fonds d’amorçage de la réforme des rythmes scolaires est maintenu une année supplémentaire afin d’aider les collectivités locales dans la mise en place d’une offre adaptée.

 Mises en place de mesures chocs dans les secteurs de la construction et de la transition énergétique : avantage fiscaux pour l’investissement locatif, renforcement du Prêt à taux zéro, aide aux travaux de rénovation thermique. En 2015 l’Etat consacrera 400 millions € pour relancer ces secteurs que nous jugeons stratégiques.

De manière inédite, l’Etat a fait un effort considérable afin de rétablir ses comptes publics. Après 10 années de dépenses non considérées par la droite au pouvoir, le choix du gouvernement a été de maîtriser les dépenses publiques en prenant garde – toujours – de ne pas casser la croissance. C’est un choix de raison, pour l’avenir de nos enfants et de notre pays.

sig-plf.jpg

3bedb575f87907cbe14589d94cabbb85lllllllllllllllllllllllllll