J’ai attiré l’attention de la Ministre de la santé, Agnès Buzyn, sur la baisse inquiétante de gynécologues médicaux en France.

Le Comité de Défense de la Gynécologie médicale dénombre au 1er janvier 2019 moins de 1000 gynécologues médicaux en France pour près de 30 millions de femmes en âge de consulter. Faute d’effectifs suffisants, 25% des femmes seulement consultent régulièrement un gynécologue contre 60% en 1997. Les conséquences en termes de détection, de suivi et de traitement des maladies, cancers, et autre anomalies sont très lourdes.

L’INCa estimait en 2015 que 54 000 nouveaux cas de cancers étaient déclarés chaque année faisant 22% de morts. Sachant que plus le cancer est diagnostiqué tôt, plus les chances sont grandes de survivre, le dépistage ne doit pas être amoindri.

Bien que je salue l’augmentation sensible des postes d’internes ouverts en gynécologie, de 20 en 2003 à 70 en 2016 puis 64 en 2017, elle ne suffit pas à pallier le manque criant de gynécologue médical auquel nous faisons face actuellement.

J’ai donc demander à connaitre les mesures actuellement prévues pour pallier ce manque et garantir aux femmes le suivi gynécologique dont elles ont besoin !

 

dictum id, ipsum efficitur. elit. sit