La CPAM du Morbihan accueillait vendredi 15 mars plusieurs élus du territoire pour évoquer les dossiers en cours. La rencontre fut notamment l’occasion d’évoquer la lutte contre le renoncement aux soins.

L’observatoire du non-recours aux droits et services a publié une synthèse des données du Baromètre de renoncement aux soins. Dans le Morbihan, le taux de renoncement est estimé à 25,9% (taux moyen en France : 24,8%).

Dans plus de 72% des cas, le renoncement concerne les femmes et la tranche d’âge la plus impactée est les 40-59 ans qui représentent 46%.

C’est aux soins dentaires que l’on renonce le plus souvent (77%), viennent ensuite les soins ophtalmiques (41%), les autres spécialités (kiné, orthophonie, cardiologie, dermatologie… pour 38%).

L’enquête menée montre que les principaux obstacles mis en évidence sont le coût des soins avec le reste à charge et l’avance des frais, les délais de rendez-vous et la complexité des démarches.

Pour lutter contre cet état de fait, la CPAM a mis en place un dispositif pour mieux identifier les personnes qui renoncent à se soigner, puis pour leur proposer un accompagnement jusqu’à la réalisation effective des soins. Elle a pour cela formé des personnels et elle compte aussi avec l’ensemble des partenaires : professionnels de santé, institutionnels, professionnels du social ou du médico-social et même certains bailleurs sociaux.

L’objectif de cette plateforme est de simplifier les démarches, de proposer un véritable suivi afin de garantir à chacun le bénéfice de ses droits. Elle vise aussi à s’inscrire dans une démarche de prévention plutôt que de réparation.

Très souvent saisis à propos de ces sujets, nous tâcherons de faire connaître ce dispositif au plus grand nombre.

eget risus. ut felis leo. suscipit ut velit,