Au moment où le Liban s’enfonce dans une crise profonde (politique, économique, financière, sociale, confessionnelle…), j’ai signé avec plusieurs collègues une lettre à Jean-Yves Le Drian afin que la France, l’Union Européenne et les bailleurs internationaux soutiennent les écoles du pays, les familles et les jeunes générations. Notre démarche n’enlève en rien la pression que nous mettons sur les autorités et les différentes « parties libanaises » afin qu’elles réforment le pays dans le cadre des négociations avec le FMI. L’heure est grave et il est urgent d’avancer au nom de la dignité des Libanaises et des Libanais !

 

Documents joints

Nombre de documents : 1

ut sed risus tristique sem, Aenean