Mardi 18 février, le Président de la République s’est rendue à Mulhouse, où il s’est exprimé sur la lutte contre le séparatisme islamiste.

L’islamisme est un projet de séparation et de rupture au sein de la Nation, qui se sert de la religion en la dévoyant et qui vise à faire prévaloir la loi religieuse sur la loi de la République. Elle est incompatible avec la liberté et l’égalité, les valeurs de la République, la cohésion de la Nation.

Les 4 lignes de force de la stratégie de lutte contre le séparatisme islamiste

Le déplacement du Président s’inscrit dans le cadre du lancement de la stratégie de lutte contre le séparatisme islamiste, qui s’articule autour de quatre lignes de force :

  • Reprendre le contrôle et lutter contre les influences étrangères : notamment à l’école et dans les lieux de culte.
  • Favoriser une meilleure organisation du culte musulman en France.
  • Lutter de manière déterminée contre toutes les manifestations du séparatisme islamiste et du repli communautariste qu’il génère et qui contreviennent aux lois et règlements.
  • Ramener la République dans les quartiers : le séparatisme se nourrit de l’absence, dans certains quartiers, d’une offre alternative, dans le champ social, sportif, péri-scolaire, sanitaire, etc. Il nous faut réinvestir ces quartiers et porter un discours d’inclusion exigeant et généreux.

La stratégie contre le séparatisme islamiste consiste à lutter :

  • Contre toutes celles et ceux qui, au nom d’une religion qu’ils dévoient, portent atteinte aux valeurs de notre République.
  • Contre toutes celles et ceux qui placent les lois de la religion au-dessus des lois françaises.
  • Contre toutes celles et ceux qui organisent, dans nos quartiers, nos communes, nos villes de véritables « contre-sociétés » et cherchent à fissurer l’unité de la communauté nationale.

La reconquête républicaine généralisée à l’ensemble du territoire

La République n’est pas naïve face à la radicalisation. Depuis deux ans, elle agit avec résolution et détermination.

  • 47 Quartiers de Reconquête Républicaine ont été créés depuis le début du quinquennat sur le territoire national. Des moyens et des effectifs supplémentaires permettent d’y assurer une plus forte présence des policiers sur la voie publique.
  • Des plans de lutte contre la radicalisation ont été lancés dans 15 quartiers.
  • L’ensemble de l’appareil d’Etat est mobilisé, sous l’autorité des préfets et des procureurs de la République, pour lutter contre les mouvances diffusant des discours de haine vis-à-vis de la République et faire entrave aux tentatives d’organiser, par l’éducation, le sport, la culture ou le développement d’une économie souterraine, des contre-sociétés en marge de la communauté nationale.

En deux ans, 152 débits de boissons, 15 lieux de cultes, 12 établissements culturels et sportifs, et 4 écoles, qui ont été fermés ; 652 contrôles antifraudes qui ont été effectués ; et 34 mesures individuelles de contrôle administratif et de surveillance qui ont été prises. Cette stratégie va être étendue à l’ensemble du territoire. C’est l’instruction qu’a récemment donné le Ministre de l’Intérieur aux préfets.

Les cours dispensés dans l’école de la République, financés par la Nation, ont vocation à former des citoyens respectueux des valeurs républicaines. Les enseignements en langue et culture d’origine étrangère sont souvent assurés par des personnes qui ne maîtrisent pas la langue française et qui diffusent auprès des élèves une pensée contraire aux valeurs républicaines. Dans le département du Haut-Rhin, cela concerne plus de 2000 élèves. Dès la rentrée de septembre 2020, les enseignements en langue et culture d’origine étrangère seront donc supprimés.

Des mosquées financées de manière transparente, avec des imams formés en France et respectueux des valeurs françaises. La stratégie de lutte contre le séparatisme islamiste prévoira de mettre fin au système des imams détachés, qui sont envoyés en France par des pays étrangers.

Le plan comprendra aussi des mesures fortes pour mieux contrôler les financements étrangers des lieux de culte.

C’est ainsi que nous créerons les conditions pour que nos concitoyens de religion musulmane puissent pratiquer leur culte librement et affranchi des ingérences extérieures.

L’unicité de la Nation et l’indivisibilité de la République est à ce prix.

elit. ut Donec eget mattis commodo ut tempus Phasellus id