La ministre de la Mer a présenté, il y a quelques jours, un plan d’action pour une pêche durable, rappelant l’historique atout qu’est la filière pour notre pays et soulignant les défis auxquels elle doit répondre. Des annonces importantes pour Lorient, premier port français en valeur et qui héberge 3000 emplois directs.

Élément clef de notre souveraineté alimentaire, la pêche est confrontée aux conséquences conjuguées du changement climatique, du Brexit ou encore de la cohabitation avec d’autres activités en mer. Pour répondre aux interrogations et aux inquiétudes que font légitimement naître ces changements, le gouvernement va donc mettre en place un plan d’action qui s’articulera autour de trois axes principaux :

– La science au service de la pêche durable, qui vise notamment à mieux connaître l’état des ressources halieutiques et à renforcer le dialogue entre professionnels, scientifiques, administration et élus.
– La modernisation de la filière et le renforcement de sa compétitivité qui doit permettre le renouvellement de la flotte.
– La valorisation du métier de marin pêcheur et le renforcement de son attractivité.

Documents joints

Nombre de documents : 1