En tant que rapporteur du budget de la Marine nationale pour la commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale, j’ai été interviewé par les bloggeurs de « Theatrum Belli  » sur le volet naval de la Loi de programmation militaire 2014-2019 et l’ambition maritime de la France… ‪

Je vous invite à découvrir cette interview.

Theatrum Belli : Depuis janvier 2015, vous êtes rapporteur du budget de la Marine au sein de la Commission de la Défense nationale et des forces armées à l’Assemblée nationale. Alors que la France bénéficie d’une « insularité stratégique » depuis la disparition des menaces à l’Est (de l’empire des Habsbourg jusqu’à l’Union soviétique), le budget de la Marine plafonne à un maximum de 25% du budget des Armées quand pour d’autres nations insulaires, c’est le premier. Nos frontières sont maritimes, notre priorité budgétaire est terrestre. Est-ce bien cohérent ?

Gwendal Rouillard : Du fait de la réforme du ministère de la Défense – qui amène à transférer de nombreuses fonctions aux services interarmées – nous ne pouvons plus aujourd’hui parler de « budget de la marine » au sens strict. En effet, à présent, seule l’analyse des capacités permet de mesurer l’effort fait en faveur de la composante maritime …

Retrouvez la suite de l’interview sur: http://theatrum-belli.org/entretien-de-tb-avec-le-depute-gwendal-rouillard-sur-la-dimension-navale-de-la-lpm/

0ef2072ec15992fc1c9003468cdaa17azzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz