Le Premier ministre, Édouard Philippe, et la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, présentaient hier un plan d’urgence comprenant des mesures massives et immédiates en faveur de l’hôpital public.

Le Gouvernement a conscience que l’hôpital public est en grande difficulté, et qu’il est confronté à une crise de l’investissement et à une crise d’attractivité des métiers du secteur hospitalier. Emmanuel Macron s’est d’ailleurs exprimé sur le sujet il y a plusieurs jours en rappelant que « Cette situation n’a pas commencé il y a un mois, 6 mois ou un an. Nous en héritons et elle est le résultat d’années et d’années de mise sous tension qui ont fait peser sur l’hôpital l’essentiel de l’effort de maîtrise de dépenses de santé ».

Dès son arrivée, le Gouvernement a partagé avec les acteurs un diagnostic de la situation et a travaillé avec eux à une transformation en profondeur de l’ensemble de notre système de santé. La réponse actuelle du Gouvernement est donc de prendre toutes les mesures pour accélérer les effets du plan Ma Santé 2022 et répondre aux tensions immédiatement. 

Pour cela, le plan d’urgence pour l’hôpital présenté ce jour s’articule autour de trois objectifs forts, pour une réponse massive d’ampleur inédite :

1. Restaurer l’attractivité de l’hôpital, en redonnant envie de s’engager à l’hôpital public et d’y construire une vraie carrière et en récompensant l’engagement des personnels ;

2. Déverrouiller le fonctionnement des hôpitaux, en faisant confiance aux responsables de terrain et en facilitant les prises de décision ; concrètement : lutter contre la bureaucratie ;

3. Réinvestir dans l’hôpital en lui donnant des moyens nouveaux et de la visibilité dans le temps. Le Gouvernement engage donc 1,5Mds d’euros supplémentaires pour l’hôpital sur les 3 prochaines années et un programme massif de reprise de dettes de 10Mds d’euros sur 3 ans.

 

Les principales mesures 

1. Renforcer l’attractivité des métiers et fidéliser les soignants

  • Accompagner les débuts de carrière des soignants
  • Renforcer l’attractivité des hôpitaux situés dans les territoires en tension
  • Mettre en place une politique de valorisation financière des équipes engagées dans des projets de transformation
  • Revaloriser le métier d’aide-soignant
  • Consolider l’attractivité des métiers hospitalo-universitaires
  • Réformer le statut de praticien hospitalier

2. Lever les blocages de l’hôpital public

  • Adapter la gouvernance et le management des hôpitaux
  • Alléger les procédures administratives des hôpitaux
  • Faire confiance aux équipes de soins
  • Lutter contre les dérèglements qui nuisent au fonctionnement normal des services, en ce qui concerne l’intérim médical et la permanence des soins en établissement de santé

3. Réinvestir dans l’hôpital en lui donnant des moyens nouveaux et de la visibilité dans le temps

  • Allouer des ressources supplémentaires pour le fonctionnement de l’hôpital avec un rehaussement de l’ONDAM sur 2020-2022 pour un total de 1,5 Md€
  • Donner plus de visibilité aux établissements de santé sur leurs ressources avec des tarifs en hausse jusqu’en 2022
  • Relancer l’investissement courant
  • Reprendre une partie de la dette hospitalière pour dégager les marges nécessaires pour les établissements
commodo leo tempus nunc consectetur in Praesent diam eleifend id, felis odio