Actu

Un budget 2015 au cœur de nos priorités : Emploi, Compétitivité, Education

 

mercredi 19 novembre 2014, par Gwendal Rouillard.

Hier, nous avons voté à la majorité le budget de la France pour l’année 2015. Un budget, qui, comme nous nous y étions engagés dès 2012, permet de diminuer la dépense publique, tout en diminuant les impôts et en relançant la compétitivité de notre pays.

En détail, à quoi correspond ce budget :

Sur l’emploi et la compétitivité  :

- Montée en charge du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE) : Le coût du travail va baisser de 5,5 milliards € pour l’année 2015.
- Mise en place des allègements de charges sur les salaires compris entre 1 et 1,6 SMIC pour 5,5 milliards €.
- Diminution d’1 milliard € de la C3S (Contribution sociale de solidarité des sociétés).

Au total, l’effort de la nation pour la compétitivité de ses entreprises s’élèvera à 12 milliards € pour l’année 2015. Ce sont autant de marges pour que les entreprises puissent embaucher, former leurs salariés ou moderniser leur outil de production.

Sur l’emploi des jeunes :

- Financement de près de 450 000 contrats aidés : garantie jeune, contrats de génération, contrats uniques d’insertion-contrats initiative emploi (CUI-CIE), emplois d’avenir…

Sur l’impôt :

- Suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu : les Français ne paieront plus d’impôt en dessous de 9690 € de revenus annuels.
- Doublement de la décote : c’est-à-dire une réduction de l’impôt payé par les plus modestes.
- Revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu au rythme de l’inflation (0.5%) : Aucun français ne verra plus son impôt augmenter si ses revenus ont stagné d’une année sur l’autre.

Grâce à cela, ce sont au total près de 9 millions de foyers fiscaux qui verront leur impôt baisser en 2014 par rapport à 2013.

Sur la réduction des dépenses :

-  Réduction du train de vie de l’Etat  : Conformément aux engagements du Gouvernement, 19 des 50 Mds € d’économies prévues d’ici 2017 reposeront sur l’Etat et 7,7 Mds € seront économisés dès 2015. Pour autant, les chantiers prioritaires de notre action voient leurs moyens préservés.
- Création d’emplois dans les secteurs prioritaires (justice, sécurité, logement) avec des budgets en progression
- Le budget de l’Education nationale redevient le premier poste de dépense de la Nation devant le remboursement de la dette.
- Le fonds d’amorçage de la réforme des rythmes scolaires est maintenu une année supplémentaire afin d’aider les collectivités locales dans la mise en place d’une offre adaptée.
- Mises en place de mesures chocs dans les secteurs de la construction et de la transition énergétique : avantage fiscaux pour l’investissement locatif, renforcement du Prêt à taux zéro, aide aux travaux de rénovation thermique. En 2015 l’Etat consacrera 400 millions € pour relancer ces secteurs que nous jugeons stratégiques.

De manière inédite, l’Etat a fait un effort considérable afin de rétablir ses comptes publics. Après 10 années de dépenses non considérées par la droite au pouvoir, le choix du gouvernement a été de maîtriser les dépenses publiques en prenant garde – toujours – de ne pas casser la croissance. C’est un choix de raison, pour l’avenir de nos enfants et de notre pays.

A l’Assemblée Nationale

Thèmes

S'abonner

Rechercher

 

À lire également

Mentions légales | | Contenu sous licence Creative Commons CC-BY-SA