Actu

TVA « sociale »

 

mercredi 15 février 2012, par Gwendal Rouillard.

Ultime étape d’une politique fiscale profondément injuste.

Nicolas Sarkozy avait commencé son quinquennat par une généreuse distribution de cadeaux fiscaux à l’attention des plus grandes fortunes du pays, il l’achève en laissant l’addition aux plus modestes.

Il ne s’agit pas, hélas, d’une mauvaise caricature mais d’un constat. Comment oser qualifier cette TVA de « sociale » alors qu’il s’agit de l’impôt le plus injuste ? Chacun sait que son poids est d’autant plus lourd que les revenus des ménages sont faibles. Elle représente par exemple 14% du revenu des 10% des ménages les plus pauvres, contre 5% pour les plus riches.

Après les plans de rigueur précédents qui ont vu notamment la taxation sur les mutuelles augmenter de manière significative, la droite fait une fois de plus porter les efforts sur les plus modestes.

Outre les injustices qu’elles engendre, cette TVA dite « sociale » éloigne les perspectives de relance économique en taxant une fois de plus la consommation des ménages. En plombant ainsi le pouvoir d’achat des Français, les entreprises verront à coup sûr leur carnet de commande- déjà fragilisé- se réduire encore davantage, enfonçant durablement notre économie dans la récession.

L’absurdité touche ici son comble. Cette mesure, censée redonner de la compétitivité aux entreprises sans augmenter la dépense publique ne fera que pénaliser ces dernières et creuser les déficits publics.

Il est temps de redonner de la justice, de la cohérence et de la constance à la politique de la France.

A l’Assemblée Nationale

Thèmes

S'abonner

Rechercher

 

À lire également

Mentions légales | | Contenu sous licence Creative Commons CC-BY-SA