Actu

Plan Autisme 2013-2017 : Agir plus vite et plus fort !

 

lundi 20 avril 2015, par Gwendal Rouillard.

Dans le cadre d’un discours offensif à l’occasion du conseil national de l’Autisme du 16 avril, Ségolène Neuville, notre Secrétaire d ‘Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, a pris des engagements très forts qui visent à renforcer l’efficacité du Plan Autisme et l’application effective des recommandations de la HAS et de l’ANESM. 

Le renforcement du Plan Autisme 2013-2017 concerne ainsi ces 5 axes : la formation initiale et continue dans le champ sanitaire et médico-social ; les pratiques / interventions dans les établissements et services médico-sociaux mais aussi sanitaires ; le soutien des aidants ; la scolarisation et l’université.

1- La formation initiale et continue dans le champ sanitaire et médico-social :

-  Développement professionnel continu des professionnels de santé  : avant même la rénovation du système actuel du Développement Professionnel Continu, le ministère propose de recourir a un appel d’offre dont le cahier des charges et le jury associerait étroitement des membres du comité de suivi du 3è Plan Autisme. Cela permettra de rendre non éligibles aux financements DPC les multiples formations existantes, de qualité fort variable, ne répondant pas aux critères de l’appel d’offres en cohérence avec les recommadations HAS et ANESM. 
-  Les contenus de formations initiales des IRTS : la Secrétaire d’Etat s’est une nouvelle fois indignée jugeant certains contenus obsolètes et contraires aux connaissances scientifiques. C’est pourquoi, elle a mis en place une procédure d’audit national des contenus pédagogiques délivrés au sein des écoles et instituts de formation en travail social.
-  Les contenus de formation initiale des instituts de formation des professionnels paramédicaux : une fiche technique élaborée en 2014 va faire l’objet d’une instruction adressée aux ARS qui permettra l’évolution des contenus de formation là où c’est nécessaire.

2- Les interventions proposées par les établissements et services médico-sociaux mais aussi sanitaires  :

-  Soutien au projet des associations représentatives des personnes et des familles de lancer un label qualité « Autisme ». Les associations sont invitées à formuler des propositions afin que ce label puisse être rapidement généraliser sur l’ensemble du territoire.
-  Inscription dans le programme d’inspection des établissement de santé et notamment ceux autorisés en psychiatrie, la vérification sur site de la mise en œuvre des recommandations HAS et ANESM. 

3- Le soutien aux aidants :

-  Donner la priorité aux formules de formation permettant de valoriser les savoir-faire et renforcer les compétences parentales dans l’accompagnement éducatif quotidien de leur enfant , notamment sur la communication, le comportement ou l’apprentissage de l’autonomie en vie quotidienne. Pour cela, un protocole plus détaillé sur ce que l’on entend par "guidance parentale" va être élaboré afin que les professionnels s’en emparent.

4- La scolarisation :

-  Proposer des modules prêts à l’emploi « Autisme/Handicap » aux écoles supérieures des professeurs des écoles portant sur l’état des connaissances ainsi que sur les stratégies éducatives et pédagogiques adaptées en classe
-  Prendre en compte la spécificité de l’autisme dans la formation spécialisée et dans les dispositifs collectifs (CLIS, ULIS, …)
-  Garantir une formation ad’hoc à tout AESH positionné auprès d’un élève avec autisme
-  Mobiliser et organiser les ressources locales expertes en autisme pour en faire des pôles d’appui pour les enseignants sans que cela soit directement lié à l’accompagnement de tel ou tel enfant
-  Poursuivre le développement des ressources documentaires , notamment en ligne

5- L’Université

-  Promouvoir la création de modules d’enseignement à distance sur les troubles autistiques. A ce titre, l’Université de Clermont-Ferrand pourrait être une plateforme d’appui pour d’autres universités qui souhaiteraient développer des licences ou masters incluant des contenus relatifs à l’autisme conformes aux recommandations.
-  Mise en place rapide d’un groupe de travail portant sur l’accompagnement des étudiants atteints de troubles autistiques dans l’enseignement supérieur.
-  Valoriser les innovations et la recherche appliquée dans le domaine des interventions

Pour conclure, la Secrétaire d’Etat a annoncé la mise en place d’une concertation sur la prise en charge financière des interventions mises en œuvre en libéral, ou par des associations d’aide à domicile, selon un cadre et des critères précis.

En résumé, une volonté réaffirmée afin que la France puisse être enfin au rendez-vous de la dignité humaine.

Des engagements forts pour lesquels le Gouvernement peut compter sur mon soutien.

 

 

 

 

 

 

 

Mes combats

S'abonner

Rechercher

 

À lire également

Mentions légales | | Contenu sous licence Creative Commons CC-BY-SA