Actu

Oui à l’éducatif, non à la psychanalyse !

 

jeudi 6 juin 2013, par Gwendal Rouillard.

Le 3è Plan Autisme annoncé le 2 mai dernier par Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, est un plan ambitieux. Il marque une profonde évolution en faveur notamment du diagnostic précoce, des méthodes éducatives et comportementales et d’une politique de recherche qui favorise les neurosciences. Autrement dit, il entend fermement tourner la page de la psychanalyse appliquée à l’Autisme.

En annonçant clairement la nécessité de mettre en pratique les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) et en ne donnant les moyens d’agir qu’aux seules structures utilisant les méthodes comportementales et éducatives, le Gouvernement a permis que les personnes avec autisme, leurs familles et les associations soient enfin reconnues et puissent enfin croire en l’avenir.
Pourtant, depuis l’annonce de ce plan, « le lobby de la psychanalyse », particulièrement ancré dans notre pays, conscient du risque de pertes financières en sa faveur, est particulièrement virulent à l’encontre de Marie-Arlette Carlotti et du Gouvernement, au point de demander le retrait de ce Plan largement concerté.
Face à cette offensive inacceptable, avec mes collègues du Groupe d’Etudes sur l’Autisme, j’ai tenu, avec Daniel Fasquelle, co-Président de ce groupe, à réaffirmer auprès du Président de la République et du Premier ministre, mon soutien aux engagements du 3è Plan Autisme et leur demander de veiller à la bonne application de ce Plan.

LIEN :

Blog de L’EXPRESS, 14 juin 2013 : « Autisme : nous en avons assez des polémiques ! » Par Danièle Langloys, présidente d’Autisme France.

 

 

 

 

 

 

 

A l’Assemblée Nationale

Medias

Mes combats

Thèmes

S'abonner

Rechercher

 

À lire également

Mentions légales | | Contenu sous licence Creative Commons CC-BY-SA