Actu

Lutte contre la prostitution : Restons mobilisés !

 

lundi 1er décembre 2014, par Gwendal Rouillard.

A l’occasion du colloque régional intitulé « Les Jeunes et la Prostitution » organisé par Marie Renée JAMET, déléguée départementale du Mouvement
du Nid du Morbihan, j’ai pu revenir sur la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel votée une première fois à l’Assemblée nationale en décembre 2013, et qui devrait être discutée au printemps 2015 au Sénat.

Aujourd’hui en France, nous comptons de 20 à 40.000 personnes prostituées dont 5 à 8.000 mineurs. 85% d’entre elles sont des femmes, 15% sont des hommes et 99% des clients sont des hommes. A noter également que 90% d’entre elles sont étrangères (En comparaison, dans les années 80-90, seules 20% d’entre elles étaient de nationalité étrangère) et qu’une grande majorité sont victimes de réseaux proxénètes ou de traite des êtres humains.

Aussi, alors que la France se considère comme un pays abolitionniste, la proposition de loi vise à faire diminuer les violences dont sont victimes les personnes prostituées et fait le choix de traiter globalement de la question du système prostitutionnel.

En détail, le texte repose sur 4 piliers :

1. Lutte contre le proxénétisme et la traite des êtres humains
2. Accompagnement des personnes souhaitant sortir de la prostitution et amélioration des droits des victimes (de proxénétisme et traite des êtres humains)
3. Prévention et éducation à la sexualité
4. Responsabilisation des clients et interdiction de l’achat d’actes sexuels

Et tente de répondre à plusieurs enjeux :

- Réduire la prostitution en décourageant la demande : Réduire le nombre de personnes qui se voient contraintes à se prostituer, soit par pression d’un réseau, soit par nécessité pour survivre, est donc un objectif important humaniste, féministe, social.
- Gêner les réseaux de proxénétisme et de traite : Force est de constater que la lutte contre le proxénétisme ne passe pas que par notre arsenal législatif et les moyens qui lui sont alloués. Les enquêtes sont longues, les réseaux souvent récupérés par d’autres têtes lorsque l’une tombe. Mais les réseaux proxénètes évitent les pays aux législations défavorables à leur commerce. Il faut les gêner au quotidien dans leur activité. Et l’interdiction de l’achat d’acte sexuel est un bon outil.
- Donner des perspectives crédibles d’insertion aux personnes prostituées : le volet social a manqué depuis trop longtemps à nos politiques publiques concernant la prostitution. Et réduire la demande de prostitution va mécaniquement réduire les ressources des personnes prostituées. Nous devons les accompagner dans cette évolution. Je rappelle que plus de 90% des personnes prostituées souhaitent sortir de la prostitution si le peuvent.
- Faire évoluer notre société vers toujours moins de violences faites aux femmes : valeur normative de la loi qui peut faire évoluer les représentations et les comportements.

Cette loi est nécessaire pour protéger au mieux les victimes de la prostitution.

Comme ils ont encore pu le démontrer lors de cette journée lorientaise de sensibilisation, les professionnels sont pleinement mobilisés. Aujourd’hui, ils attendent le vote de cette loi qui permettrait des avancées majeures. Aussi, je souhaite que le Sénat se saisisse de la proposition renforçant la lutte contre le système prostitution dans les meilleurs délais.

A l’Assemblée Nationale

La 5e circonscription du Morbihan

Mes combats

S'abonner

Rechercher

 

À lire également

Mentions légales | | Contenu sous licence Creative Commons CC-BY-SA