Actu

Liaisons maritimes : Ma lettre au Président du Conseil Général du Morbihan

 

jeudi 2 octobre 2014, par Gwendal Rouillard.

Voici ma lettre au Président du Conseil Général sur l’avenir des liaisons maritimes et de nos îles morbihannaises.

L’heure est à la mobilisation ! ...


Lorient, le 1er octobre 2014,


Monsieur le Président,

Je tiens à attirer votre attention sur les vives préoccupations des Groisillons, habitants de l’île, mais aussi des résidents secondaires et des touristes occasionnels ou réguliers, quant au renouvellement prochain de la délégation de service public pour les liaisons maritimes morbihannaises.

D’après ce que nous savons, suite à l’avis de la Cour régionale des Comptes, le conseil général est dans l’impossibilité de maintenir certains tarifs préférentiels. Pour autant, je sais qu’il n’interdit en rien une politique commerciale attractive avec des tarifs d’abonnements adaptés. Or, les options envisagées - dévoilées publiquement pour certaines d’entre elles - ne me paraissent absolument pas satisfaisantes. Elles auraient pour conséquence une forte baisse de la fréquentation des îles du Morbihan.

J’ajoute que plusieurs entreprises de Groix m’ont aussi fait part de leurs vives préoccupations. Des liaisons maritimes trop coûteuses obéreraient leurs capacités d’investissement et leurs projets. Il s’agirait d’une réelle asphyxie pour l’économie insulaire. Cette perspective me paraît totalement inacceptable.

Je partage les vives inquiétudes qui s’expriment aujourd’hui. Aussi, je souhaite qu’un véritable dialogue, serein et constructif, s’instaure entre les différents acteurs de ce dossier, au premier rang desquels les usagers. Leurs réflexions pourraient se révéler précieuses dans la concertation qu’ils appellent de leurs vœux et dont je veux croire qu’elle aura bien lieu.

Des conditions de cette future DSP – tarifs, gestion des rotations et des dessertes – dépendra, véritablement, l’avenir de l’île. Elles pourront favoriser son développement économique et touristique, ou au contraire, réduire à néant ses perspectives.

Cette situation demande la plus grande vigilance. En tant que député de la circonscription, je serai particulièrement attentif aux suites qui lui seront réservées.

Comptant sur votre plus grande attention, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

Gwendal ROUILLARD

 

 

 

 

 

 

 

S'abonner

Rechercher

 

Mentions légales | | Contenu sous licence Creative Commons CC-BY-SA