Actu

"Activité de députés : une nécessaire mise au point !

 

lundi 17 juin 2013, par Gwendal Rouillard.

Suite à la parution d’un article sur l’activité des députés reprenant les chiffres du site "nosdeputes.fr",

Je tiens à faire une mise au point :

- sur les modes de calcul des semaines de présence  : contrairement à l’article, le site précise que les chiffres sont comptabilisés à partir des "éléments mesurables disponibles (...) qui permettent de détecter la présence physique d’un parlementaire (...), a savoir la présence aux réunions de commissions, les prises de paroles en commission ou en hémicycle". Il reconnaît ainsi la limite de sa méthode qui ne tient aucunement compte des travaux préparatoires ou annexes aux prises de paroles, à la façon dont nous travaillons collectivement ou encore, des auditions menées personnellement et non dans le cadre des commissions.

- sur les rythmes des commissions à l’Assemblée nationale  : nous avons 8 commissions -Affaires étrangères, affaires économiques, affaires culturelles, affaires sociales, développement durable, financés, lois et défense. Aucune de ces commissions ne se réunie au même rythme. Il est par conséquent difficile d’établir un classement objectif de la régularité des présences... Pour exemple : en un an, la commission des Affaires économiques s’est réunie 30 fois de plus que la commission de la Défense nationale.

Aussi, compte tenu de l’importance que peuvent revêtir des éléments chiffrés, je tiens donc à présenter, à mon tour, mon bilan d’activité depuis mon élection, éléments vérifiables chaque semaine sur mon blog (www.gwendal-Rouillard.fr) :
- 48 semaines travaillées
- 3 semaines de vacances depuis 1 an (2 semaines au mois d’août, 1 semaine à Noël)
- sauf déplacement à l’étranger - dans le cadre de la commission Défense notamment, je suis présent à l’Assemblée nationale tous les mardis, mercredis et jeudis matin.

En conclusion, si je ne nie pas l’intérêt des indicateurs chiffrés, je crois indispensable de les accompagner d’informations quant au mode de leur collecte et quant à leur pertinence.
Pour ma part, je doute que la qualité de travail des parlementaires se mesure seulement au nombre d’amendements signés ou de questions écrites posées. Si cela était le cas, devrions-nous considérer qu’en déposant 120 000 amendements au Projet de Loi sur la Transparence de la Vie publique, un collègue de l’opposition doive être considéré comme le meilleur d’entre nous ?
Aujourd’hui, encore plus qu’un autre, je crois donc nécessaire d’expliquer sans relâche le choix de nos combats et le sens de nos actions dans la cohérence et la continuité.

Medias

Thèmes

S'abonner

Rechercher

 

À lire également

Mentions légales | | Contenu sous licence Creative Commons CC-BY-SA